DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」【Entrevue】

DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】


Qu’est-ce qui vous a fait passer d’un groupe de métal à un groupe de visual kei ?

Depuis le début, tous les membres du groupe aimaient le métal et le visual kei. De nos jours, les groupes japonais comme Crystal Lake font le tour du monde. Mais il est rare de trouver des groupes de « pur métal » qui ont le même niveau de succès. C’est à ce moment que nous avons décidé de mélanger le deathcore et le visual kei et de former le groupe.

Les styles de Deviloof sont parmi les plus en vogue de la scène vk actuelle. Les concevez-vous vous-même ?

Nous décidons ensemble du concept des albums mais chacun choisit son propre style vestimentaire, les cheveux et le reste.

En parlant de design: comment décidez-vous du style de la jaquette du CD de chaque album ?

En général, les designs des albums sont réalisés par un designer appelé Egawa Toshihiro. Il est célèbre pour avoir travailler avec des groupes étrangers comme Arch Enemy ou Suicide Silence. Nous discutons simplement avec lui de nos idées et concepts sur le projet. Par exemple, pour le dernier album « Dystopia », nous lui avons demandé de dessiner quelque chose de « brutal ». En le regardant pour la première fois, on s’est dit « c’est vraiment brutal ! Sauvage ! »

Quel est, selon vous, le thème principal de votre dernier album DYSTOPIA ?

Keisuke : La dystopie est simplement le contraire de l’utopie où tout est parfait.

Après avoir écouté l’album, nous avons remarqué de nouvelles nuances et détails musicaux. Quelle est la chose que vous avez le plus appréciée pendant la composition ?

Keisuke : nous travaillons dur pour créer un bon mélange entre le deathcore et le visual kei. Mais nous ne voulions pas seulement créer un album de pur deathcore. C’est pourquoi nous avons ajouté divers éléments intéressants comme des instruments traditionnels japonais.

Je vois ! Puis-je vous demander quelle a été l’inspiration pour faire LIBIDO ? (rires)

Keisuke : Vous connaissez les AV (adult video) ? Quand vous regardez un AV, vous voyez généralement l’homme et la femme, n’est-ce pas ? Je n’ai jamais été excité en regardant ce genre de vidéo parce que je peux voir l’acteur. Donc, j’aime regarder des vidéos où on ne voit que la femme qui se touche. Je voulais que d’autres personnes puissent ressentir le même genre d’excitation, donc j’ai donc essayé de transmettre ce sentiment dans une chanson, en ajoutant des gémissements féminins.

L’incorporation d’instruments de musique traditionnels japonais dans « Newspeak » est, sans aucun doute, ce qui fait de cette chanson un succès auprès de vos fans étrangers. Kanta, pensiez-vous qu’un taiko traditionnel supporterait les rythmes frénétiques des tambours de Deviloof ?

Kanta : C’est probablement impossible. Les taiko ont un son très spécifique qui résonne, donc je ne pense pas qu’il soit possible de jouer des chansons rapides.

Savez-vous jouer d’autres instruments ? (En dehors des instruments que vous

jouez habituellement).

Keisuke : Je joue de la guitare.

Daiki : J’ai récemment acheté un clavier basse.

Aisaku : Le karaoké.

Ray : Je chante aussi mais j’aimerais jouer de la batterie.

Kanta : Rien. Seulement de la batterie.

Keisuke : Taiko ? (rires).

Avez-vous déjà pensé à un spectacle avec uniquement des instruments traditionnels ? Comme les concerts symphoniques de certains groupes.

Keisuke : Je n’y ai pas pensé. Mais ça semble être une bonne idée.

Daiki : Nous allons voler cette idée.

Deviloof est toujours entouré de professionnels. Par exemple, Ryo (ex-girugamesh) est votre ingénieur du son et enregistrement. Comment avez-vous été amenés à travailler avec lui ?

Daiki : Devil’s Proof et Oni ont été mixés par Ryo-san, mais Dystopia a été mixé par une autre personne.

En ce qui concerne notre rencontre avec Ryo-san, il y a ce groupe qui s’appelle DEZERT, lorsque j’ai écouté leur musique, je me devais de savoir qui était responsable de leur mixage. Après avoir découvert que c’était Ryo-san de girugamesh, je l’ai contacté personnellement.

A propos de collaborations avec d’autres groupes: quel groupe vous a le plus surpris en jouant sur scène ? Quel est le groupe (parmi les nouveaux groupes émergents) avec lequel vous aimeriez collaborer ?

Keisuke : Thy Art Is Murder et Signs of the Swarm.

Ce ne sont que des groupes étrangers (rires).

Gaara : Y a-t-il d’autres groupes avec lesquels vous aimeriez travailler ?

Daiki : Des groupes avec lesquels nous aimerions jouer ? Within The Ruins.

Kenta : Within The Ruins est un groupe technique mélodique. Ils sont en train de créer leur propre genre, “The Within The Ruins Genre”. J’aime vraiment ce groupe. Ils étaient censés venir ici pour jouer avec nous mais ils n’ont pas pu le faire à cause de problèmes de visa.

Jonathan : Et les groupes Kohai du Japon ? Peut-être quelque chose qui est Visual Kei ?

Tout le monde : (réfléchit)… Visual kei… ?

Gaara : Ninth In Pluto ? Vous devriez faire un show à deux avec Ninth In Pluto.

Daiki : Leurs membres sont là aujourd’hui.

Gaara : Oui, je sais.

Daisuke : (rires) Vous êtes amis ?

Gaara : Oui. Nous avons travaillé avec eux. Et Dir En Grey ?

Keisuke : Dir En Grey sont bons !

11. Daiki, tu es également le bassiste de Cazqui Brutal Orchestra. Pensez-vous que travailler avec Cazqui est aussi une bonne influence pour la musique de Deviloof ?

Daiki : Cazqui est très artistique, dans le bon sens du terme. C’est un génie musical, il a de l’originalité. Il est totalement différent des gars de notre groupe. Cazqui sait toujours comment s’exprimer à travers la musique qu’il écrit, ses costumes de scène et ses mouvements sur scène aussi. C’est quelque chose que j’ai appris de lui.

Ray, le type de riff que tu utilises dans certains breakdowns est du pur slam/beatdown. A l’étranger, cela initie généralement une attitude comme le crowd killing. Acceptez-vous ce genre de comportement ? Aimeriez-vous que vos fans le fassent lors de vos concerts ?

Ray : Quand je vois ça depuis la scène, je suis excité. Mais je ne veux pas que quelqu’un soit blessé.

Keisuke, à propos de vos compétences de whistle scream. As-tu appris à le faire par toi-même ? Après avoir exploré la chaîne YouTube de Deviloof, nous t’avons vu jouer de différents instruments. Voudrais-tu aussi enseigner comment whistle scream ?

Johnathan : La prochaine question est pour Keisuke.

Keisuke : Est-ce qu’on va parler de AV ?

Tout le monde : (rires).

Keisuke : J’ai appris à crier tout seul.

Est-ce que tu prévois aussi de faire un tutoriel ou de donner des conseils aux chanteurs ?

En ce qui concerne les tutoriels vocaux sur YouTube – Ce n’est pas quelque chose auquel j’ai pensé. Est-ce que c’est quelque chose que je devrais faire ?

Gaara : C’est la question d’un fan.

Keisuke : Oh ! Alors, ils veulent que je le fasse ? Est-ce une fille ? (rires). Je peux le faire en privé. (rires).

Aisaku, nous t’avons vu sur twitter apprécié le rappeur Lil Pump. Quels genres de musique écoutes-tu habituellement à part le métal ?

Aisaku : J’aime la J-pop, j’écoute aussi la K-pop. J’écoute tous les genres.

Daiki, nos lecteurs veulent connaître tes centres d’intérêt. Aimes-tu les anime ? Que suis-tu actuellement ?

Daiki : J’aime la boxe. Quand il s’agit d’anime, One Piece est le seul anime que j’aime.

Keisuke : Juste ça ?

Daiki : Oui. Rien d’autre n’est amusant.

16. Kanta, beaucoup de nos followers suivent ton streaming de « Devilcraft » (Minecraft). Quels sont tes jeux vidéo préférés ?

Kanta : Apex Legends a l’air amusant, mais je n’y ai jamais joué. Je suis un grand fan de Dragon Quest.

L’été dernier, Deviloof est passé à la télévision sur NHK en tant qu’ambassadeur du visual kei. Avez-vous déjà essayé de refaire les rituels de beauté de l’émission à la maison ? (rires). Avez-vous l’intention de faire quelque chose de similaire cette année ?

Daiki : Nous voulons passer à nouveau à la télévision. Nous sommes prêts à faire n’importe quoi (rires).

Keisuke : Nous voulons devenir célèbres (rires).

C’est un fait que Deviloof est l’un des groupes japonais les plus tournés vers l’étranger. Sur twitter, nous lisons souvent vos tweets en anglais. Est-ce que vous apprenez l’anglais pour la prochaine tournée mondiale ?

Daiki : C’est un peu difficile de répondre à cette question (rires).

Keisuke : J’étudie environ une heure par mois (rires).

Êtes-vous déjà allés à l’étranger ? Quel est le pays que vous aimeriez le plus visiter ?

Keisuke & Daisuki : Nous sommes allés en Australie.

Aisaku, Ray & Kanta : Non, nous ne sommes pas allés à l’étranger.

Daiki : Je suis déjà parti à l’étranger lors d’un voyage scolaire.

Johnathan : Est-ce que vous avez communiqué en anglais là-bas ?

Keisuke : J’avais une Australienne avec moi pour la traduction (rires).

Johnathan : Avez-vous déjà fait un concert à l’étranger ?

Daiki : Non, nous avions prévu une tournée européenne et un concert au Brésil mais tout a été annulé à cause du coronavirus. Nous sommes en train de parler à des promoteurs et nous essayons de faire en sorte que cela se produise dès que possible.

Keisuke : Nous sommes vraiment désolés !

Daiki : Il n’y a pas d’endroit spécifique où je veux jouer. Je veux aller partout où il y a des

fans de Deviloof.

Keisuke : Je veux aller en Espagne.

0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments