DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】

NIPPONGAKU se trouve à Osaka, il était donc temps que nous présentions Deviloof : Probablement un des groupes les plus influents du Kansai (la région d’Osaka) sur la scène métal actuelle.

word image 2106 1 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Deviloof, auparavant connu sous le nom « Devil’s Proof », est un groupe de deathcore avec l’avantage supplémentaire que leurs performances ont toujours une présence visual kei sur scène.

Avec un style purement métal dans leur groupe précédent « All must Die », depuis fin 2015 ils ont pour objectif avec Deviloof d’être « le groupe de visual kei le plus brutal » selon leur look avec des touches violentes et de l’agressivité dans leurs compositions, propres à d’autres genres comme des death-growls et les riffs de guitare frénétiques.

Le concept de « Deviloof » en tant que groupe – selon Keisuke (Vo.) – est un monde créé par eux, où il n’y a aucune preuve que le diable existe ni tous les dogmes qui lui sont associés.

Un monde plus profond que nous ne pouvons l’imaginer…

La concert auquel nous avons assistés faisait partie de la tournée 「DYSTOPIA Returns」 qui s’est déroulée dans la salle Juuso GABU. Les habitants d’Osaka n’associent probablement ce lieu qu’à « Deviloof », car les groupes de visual kei organisent généralement des concerts davantage dans la région de Shinsaibashi.

word image 2106 2 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Ce lieu est l’un des meilleurs pour ce type d’événements des plus extrêmes, car il a une forme carrée, il permet une plus grande capacité de mouvement et offre une bonne vue sous tous les angles.

A cette occasion, nous voulions également commenter certains détails de techniques de compositions, car il y a des musiciens parmi le staff de NIPPONGAKU, et Deviloof nous donne beaucoup de nuances à découvrir.

Avant le spectacle, la salle était déjà assez sombre, mais à 18h00, elle est devenue encore plus sombre lorsque le DYSTOPIA SE a commencé.

Les lumières rouge sang et le bruit des portes grinçantes étaient vraiment immersifs. On avait l’impression d’entrer dans l’enfer personnel de Deviloof.

Une ouverture démoniaque à la hauteur du nom du groupe. Les techniciens lumières ont vraiment fait un excellent travail sur ce spectacle.

Les projecteurs se sont soudainement mis à clignoter jusqu’à ce que nous réalisions que Deviloof était déjà monté sur scène.

« Orwellian Society » a été choisie comme chanson d’ouverture du concert. Ce fut assurément un succès de débuter cette tournée par une référence littéraire à George Orwell et son concept d' »Utopie/Dystopie » dans les sociétés humaines.

Depuis le début, Keisuke a déjà mis le public au défi de sauter et de devenir fou.

La partie instrumentale de cette chanson a ravi tous les musiciens présents.

word image 2106 3 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

De loin, les fans ressemblaient aux membres d’un culte, s’inclinant sans arrêt sur des riffs de guitare palm-mutés et la double pédale dans un rythme explosif a secoué la scène.

La température est montée dans la salle dès que « Libido » a commencé.

La dystopie régnait comme son propre nom l’indique : les projecteurs tournaient partout tandis que les fans donnaient le meilleur de leurs headbangs, entourés par la voix gutturale de Keisuke qui ressemblait à l’antéchrist menant ses fidèles, avec des slams palm-mutés classiques et des blast beats bien sales, remplissant la salle d’énergie.

L’agressivité était palpable avec « Rebellion », le ton aigu de la technique vocale de Keisuke mettait clairement en évidence les influences européennes de ce dernier album.

Le rythme de cette chanson a été donné par la batterie de Kanta avec une double pédale jusqu’à atteindre le breakdown, c’était si sauvage qu’Aisaku s’est retrouvé à genoux, volant le regard de tout le public.

Après « Rebellion », la pièce s’est éclairée dans des tons pastel, ce qui nous a surpris après nous avoir été habitués à des couleurs agressives. Grâce à cela, nous avons pu admirer clairement certains détails tels que Daiki utilisant une basse fretless 7 cordes ou les marques de guitare Ray (ESP) et Aisaku (Ethereal)

word image 2106 4 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Ce genre de détails est appréciable pour mieux vivre leur musique live.

Les fans sont vraiment devenus fous avec « Newspeak », chanson phare du nouvel album.

Le début a été brutal, le slap de basse de Daiki le long des riffs de guitare a réussi à rafraîchir l’atmosphère de tension qui subsistait après « Immolation »

word image 2106 5 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Au milieu de la chanson, Keisuke se tenait aux côtés d’Aisaku d’un côté, il semblait qu’une scène mémorable allait se produire, mais sans aucun avertissement la salle fut plongée dans l’obscurité (littéralement), un shakuhachi et un taiko pouvaient être entendus, soudainement coupés par un « YOH ! » dans le plus pur style du kabuki (théâtre classique japonais) pour revenir sur du métal et continuer à headbanger

L’inclusion d’éléments purement japonais comme le wagakki (instruments traditionnels japonais) ou le kabuki est quelque chose que peu de groupes de métal ont osé faire. Des chansons risquées comme celles-ci sont celles qui leur ont donné une renommée internationale par rapport à d’autres groupes d’aujourd’hui.

Keisuke nous a dit que même si jusqu’à présent il était interdit de crier pendant les concerts, il n’y avait aucun problème à le faire car nous portions des masques.

Il nous a demandé si nous avions déjà entendu le dernier album à la maison et notre impression des nouvelles chansons.

word image 2106 6 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Il a nous as donné des explications sur le concept de l’album:

« DYSTOPIA », le contraire d’une utopie. Pour ceux qui ne connaissent pas, une utopie est un monde idéal où tout y est bonheur, amour et paix. Vous pouvez donc déjà imaginer ce que c’est une dystopie. Bien qu’une dystopie ne signifie pas nécessairement que tout le monde se déteste.

Beaucoup de gens vivent dans une utopie, mais il y a aussi un grand nombre de personnes qui vivent dans une dystopie, cet album est dédié à ces personnes.

La chanson suivante a une signification très profonde pour nous. Je sais que ce n’est pas facile d’écouter les paroles de ce type de musique, mais j’aimerais que vous jetiez un coup d’œil aux sujets dont parle la chanson quand vous en avez le temps. Cette chanson est pour vous tous qui avez été « piétinés » par d’autres êtres humains… « Underdog »

Vous pouvez crier pendant ce concert ! Je veux entendre vos voix fortes !

Avec « Underdog », les fans étaient encore plus énergiques grâce au discours de motivation de Keisuke. Il ne fait aucun doute qu’il est un orateur né, il sait trouver les mots justes pour se connecter avec le public.

Une fois de plus, ils nous ont surpris en mélangeant les styles dans « Disclosed Pandora’s Box ». Les riffs octaves sur les guitares de Deviloof ainsi que les samples orchestraux ont fait monter la tension pendant les 10 minutes que dure ce chef-d’œuvre.

word image 2106 7 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Les paroles nous rappellent que durant ce concert nous vivions ce que c’est que de vivre dans une dystopie, car ouvrir la boîte de Pandore signifie libérer tout le mal que recèle ce monde selon la mythologie grecque classique.

L’anxiété régnait encore dans l’air après cette poussée d’adrénaline et le groupe est allé se reposer pendant que les fans applaudissaient.

Avec leur intro légendaire « Devil’s Proof », le groupe est revenu sur scène pour continuer à faire vibrer la salle.

Keisuke a remercié tout le monde d’avoir attendu un peu alors qu’ils se préparaient pour le deuxième round.

Il a également plaisanté en disant: « J’espère que vous vous êtes suffisamment reposé aussi, car maintenant nous allons jouer … ESCAPE! »

Le premier rang est devenu fou dès que le rythme de ce qui est probablement l’hymne de Deviloof a commencé. À un tel point qu’en quelques secondes, le reste du public a également commencé à headbanger.

word image 2106 8 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku

Enfin, nous pouvions clairement entendre la voix claire de Keisuke pendant le refrain, ceci couplé au duel de guitare de Ray vs Aisaku au centre de la scène a fait de « ESCAPE » l’un des moments pour lesquels il vaut encore la peine d’assister à des concerts de métal et de visual kei .

Cette deuxième partie du concert était un bref tour d’horizon du meilleur de la carrière musicale de DEVILOOF.

Keisuke a de nouveau challengé le public :

« C’est vraiment votre limite… ? Je vais être honnête avec vous… L’autre jour à Fukuoka il y avait moitié moins de monde que vous aujourd’hui, mais on les entendait beaucoup plus ! Je suis déçu car nous jouons à domicile, à Osaka.

ÊTES-VOUS SÛR DE NE PAS POUVOIR ALLER PLUS LOIN ? JE VEUX VOUS ENTENDRE CHANTER LA PROCHAINE CHANSON ! JE VOUS DONNE UNE AUTRE CHANCE ! »

Pendant le refrain de « DESTINATION » nous avons pu apprécier la technique vocale de Ray dans les chœurs. Sa voix claire faisait un grand contraste avec la voix profonde de Keisuke.

C’était aussi une bonne idée de choisir cette chanson pour montrer à Deviloof qu’Osaka pouvait aussi être à la hauteur du reste de la tournée. Le rythme mélodique était parfait pour faire participer le public.

word image 2106 9 - DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 - Nippongaku
Pour terminer le concert, Keisuke nous a présenté tous les membres de Deviloof pendant la chanson.

À la fin de « HERO=MURDERDER », Deviloof a quitté la scène. Il semblait que le concert était terminé, mais non ! Parfois, la vie nous sourit avec un rappel et ce jour-là, nous avons eu de la chance, peu de temps après que le groupe soit revenu sur scène pour nous transporter à nouveau dans DYSTOPIA.

La chanson qu’ils ont choisie pour l’adieu était « RUIN », une chanson avec laquelle DEVILOOF a fait ses débuts en 2016.

Les fans ont été dévoués au culte de DEVILOOF jusqu’à la fin du show et ils sont sûrement rentrés chez eux en cette chaude journée plus que satisfaits.

Ce sera certainement un plaisir de collaborer à nouveau avec DEVILOOF à l’avenir.

On a hâte de découvrir avec quelles innovations ils vont nous surprendre dans le prochain album !

SETLIST
↓↓

https://open.spotify.com/playlist/7KaiuqcZdGJ9s9Q8gHqWkz?si=CY7q8_MuRtaf0szx8mKjyA&nd=1

  • (Translator: Hiroki)

 

0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] DEVILOOF「DYSTOPIA Returns」@246 LiveHouse GABU【Live Report】 […]